Pascal ChampagneJ’ai grandi en Abitibi, alimenté par le BMX, le basket-ball et énormément de nature. J’ai même été ninja pendant quelques années au grand désespoir de mes parents. J’étais souvent absorbé dans mes rêveries et il ne me fallait pas grand-chose pour voyager. À un très jeune âge, je me suis mis à dessiner partout où je le pouvais – le papier, la rue et même les fenêtres. Je n’étais aucunement préoccupé par l’art, mais j’aimais illustrer.

À 17 ans, je suis parti à Montréal pour y étudier l’infographie et le design Web. En 2000, j’ai fondé Ephektiv, un petit studio de design solo. Tout en travaillant à la pige sous Ephektiv, j’ai occupé plusieurs postes de designer et directeur artistique au fil des années.

Une transition s’est imposée en 2008 lorsque j’ai senti le besoin d’élargir mon champ d’expression créative, d’explorer différents médiums et de me salir les mains un peu plus. J’ai eu le goût d'intégrer d'avantage de « poésie » à mes créations. Plusieurs actions ont été prises dont celle de déménager en milieu rural pour retrouver ce contact avec la nature et sa simplicité. Même si une vie entière peut être perçue comme une transition, je considère que cette période était (et est toujours) particulièrement active.

I grew up in Abitibi, on a diet of BMX, basketball and a lot of nature. I was even a ninja for a few years, which was quite discouraging for my parents. Often times absorbed by my dreams, I didn’t need much to travel in my head. At a young age, I started drawing everywhere I could – on paper, the street or even on windows. I wasn’t preoccupied by art but loved to illustrate.

At 17, I left for Montreal to study graphic/Web design. In 2000, I founded Ephektiv, a small solo design studio. While working as a freelancer under Ephektiv, I also worked in various design studios as a designer and art director over the years.

A transition imposed itself to me in 2008 when I felt the need to expand my creative field, to explore different mediums and get my hands dirty. I wanted to spray a little more “poetry” into my creations. Some actions were taken, one of which was a move to the countryside to reconnect with nature and it’s simplicity. Even though an entire life might be perceived as a transition, I consider that this period of time was (and still is) particularly active.